Profession de foi : formation

Une formation de qualité et de proximité

Toutes les équipes pédagogiques se sont mobilisées afin de construire la future offre de formation, en préservant son accès au plus grand nombre, en conservant un adossement fort à la recherche et en assumant une volonté politique d’ouverture à l’alternance et à l’international. En respectant le cadrage de la direction actuelle, elles ont dû relever le défi de se conformer aux nouvelles réformes, nécessitant de nombreuses transformations, trop souvent précipitées, de nos usages. Alors que l’UPVD est reconnue au niveau national pour la qualité de ses projets d’innovation pédagogique, elle aurait dû atteindre aujourd’hui un stade de maturité permettant l’essaimage des pratiques à l’aide du savoir-faire acquis. Confiants dans la qualité de l’offre construite et conscients des efforts consentis par nos équipes, nous nous engageons à les accompagner dans leurs projets.

  • Pour le soutien d’une offre de formation diversifiée, lisible et attractive. Les équipes pédagogiques seront accompagnées pour la mise en œuvre de la nouvelle offre de formation, ainsi que les collègues de l’IUT pour la construction des Bachelors Universitaires de Technologie. Un groupe de travail sur les formations et l’appui des services sera assuré (modalités de contrôle des connaissances et des compétences, stages, session unique, contrôle continu intégral, formation par alternance). Le développement des certifications, en langues et en compétences numériques notamment, sera soutenu. Des outils pédagogiques innovants, avec différents types et objectifs d’hybridation, seront proposés avec l’appui du service PLATINIUM pour leur réalisation. Une cellule d’observation en interaction avec les composantes, chargée de recueillir les données essentielles au suivi des formations notamment dans la perspective de l’auto-évaluation, sera créée.
  • Pour des échanges de pratiques et des partages d’expériences entre les équipes, les composantes et les services en instaurant un circuit rapide et complet de diffusion de l’information. Les disparités existant dans les dispositifs de pilotage des formations seront progressivement gommées grâce à un travail conjoint entre les responsables de formation. Ainsi, la cohérence des deux champs de formations, « Énergie, environnement » et « Intermed », nouvellement créés, sera renforcée.
  • Pour un accompagnement des équipes pédagogiques et administratives. Il conviendra d’établir un calendrier des actions, par la planification de l’équipement et l’affectation des salles dont la priorité sera donnée aux formations. La gestion centralisée des emplois du temps devra mieux prendre en compte les attentes et les impératifs des composantes. Il faudra, d’autre part, favoriser l’essaimage de projets innovants, sans avoir recours exclusivement à un contrat d’enseignement (CPP ou CEPI). À ce titre, nous maintiendrons et développerons une offre de diplômes de niches multi-sites (par exemple, la capacité en droit) ou distants (par exemple, le DAEU B) en tirant profit du savoir-faire des équipes pour créer et piloter un Euro-campus digital.
  • Pour une reconnaissance de l’implication pédagogique des enseignants-chercheurs, enseignants, ingénieurs pédagogiques et techniciens. Nous travaillerons à la construction d’un référentiel d’équivalence horaire qui prenne en compte le suivi et l’encadrement pédagogique (stages et mémoires), ainsi que la mise en œuvre des différents types d’hybridation. Les modalités de répartition des primes de responsabilités pédagogiques seront améliorées. Des mécanismes incitatifs de recherche de la taxe d’apprentissage et de reversement au bénéfice des diplômes seront mis en place.
  • Pour la nécessité d’accompagner le Service Commun de Documentation (SCD-BU) dans ses projets d’appui aux personnels et aux étudiants, notamment dans les campus de proximité.
  • Pour un renforcement des dispositifs d’accompagnement à l’insertion professionnelle. Dans l’objectif de développer la formation continue et tout au long de la vie pour répondre aux besoins des territoires, nous proposons d’instaurer de nouveaux modes de coopération entre le service de la formation continue et de l’apprentissage (SFCA), les composantes et les partenaires socio-économiques afin de définir des offres de formation flexibles et adaptées, mais également de diffuser davantage l’accompagnement à la VAE. La formation par alternance est un levier majeur d’insertion professionnelle pour nos étudiants. Nous proposons, d’une part, de renforcer les moyens consacrés au déploiement des relations partenariales et à la prospection de contrats d’apprentissage et, d’autre part, de créer une cellule pédagogique consacrée spécifiquement à l’alternance : réflexions sur les modalités d’une pédagogie adaptée, valorisation des retours d’alternance, partages d’expériences entre formateurs, etc. Enfin, nous proposons de remettre les missions d’accompagnement de l’insertion professionnelle au cœur de l’université.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer